Lectures, dédicaces & apéro

Animation, Lecture et Littérature – Karim Boukhris, Yolande Favre & Nicolas Zambetti

Trois livres, trois écrivain·es de la région.

Organisé en collaboration avec la Librairie du Pierre-Pertuis.

Accueil à 18h00
puis
Lecture de poèmes de Yolande Favre
Capsule criminelle #1 par Karim Boukhris
Lecture d'un extrait de Nicolas Zambetti
Capsule criminelle #2 par Karim Boukhris

Entrée libre, chapeau

Yolande Favre
Lumière des solitudes

Depuis son séjour en Californie, dans la mouvance psychédélique des années hippies, de ses embardées de-ci de-là, d’errances en silences, Yolande Favre voyage pour respirer large, explorer le grand dehors et s’initier à une géopolitique du monde.
Des poèmes issus de voyages, de déambulations et de visions nées de ces chapelets de jours et de pas menant aux berges de l’inconnu. Mots pour tenter de traduire la perception d’un moment, d’un lieu, de l’ici et maintenant, pour tenter de dire cet élargissement de conscienceâ?- et le grand silence. "ne cherche pas les mots, l’expérience seule, ailée convergente dans l’espace du silence."


Karim Boukhris
Capsules Criminelles - Saison 1

Crimes odieux, inévitables rixes de fin de soirée, infractions contre les mœurs, voilà quelques-uns des délits qui constituent la trame de ces chroniques judiciaires.
Rosette, Abraham-Henri, Vergan ou Steinmeyer, héros de récits savoureux; victimes, coupables ou tortionnaires ? Au lecteur de distribuer les rôles. Une écriture limpide pour dérouler le fil de destins tantôt prévisibles, tantôt brisés, inscrits dans le passé pas si lointain de nos contrées sous régime d’institutions bien établies.

Nicolas Zambetti
Lâcher prise au Fitz Roy

Nicolas Zambetti, 47 ans, grimpeur passionné, guide de montagne et père de famille. Content de faire encore partie de ce monde.
l'auteur poursuit sa quête philosophique et existentielle dans l'observation de la pente, comme pour y chercher l'intensité qu'il peut manquer à la vie quand on reste " en bas ". Parce que l'inconfort d'un sac de couchage sous une tente fouettée par la tempête, ça reste moins violent que les effondrements psychiatriques et les traitements médicamenteux. La montagne, c'est à la fois la résilience et l'illusion de la résilience.